De l’or au bout des doigts

Un jour, je suis montée à pas lents, sur le volcan Etna. Après une longue ascension, paysage de cendres, cailloux, pics… nous sommes arrivés là-haut, au bord de la Boca Nuova.
Plateau craquant, crumble fumant, fumerolles de soufre, monticules jaune, oxydation de la roche, crevasses.
Je me suis penchée … J’ai vu. Le chaos des roches cassantes. J’ai été. Saisie. Par le vide béant, dégazant dans un brouillard piquant. Je suis restée. Bouche bée. Prise d’émotions mêlées. Ça puait et c’était sublime. Ça faisait peur. C’était beau, c’était inoubliable. Et le soir, dès que la nuit tombe, la brillance de la lave dans la faille, il parait qu’on peut la voir.

Je fabrique des paysages miniatures, à partir d’objets et de matériaux récupérés ici et là. Au cours de mes spectacles le paysage se modifie, évolue au gré des événements, au gré de l’histoire qui se raconte. Mon travail s’appuie souvent sur un texte théâtral et de grandes questions existentielles. Pour moi, le paysage est une métaphore parfaite pour raconter ce qui traverse les humains. J’aime faire des croisements entre les deux, car pour moi l’humanité et le paysage sont des notions intimement liées.

Sous nos pieds, les mouvements des plaques façonnent lentement notre monde, le magma bouillonne, vit, crépite, explose et redessine sans cesse notre carte. De manière infime depuis des millions d’années ou d’une seconde à l’autre, tout se transforme.

Comment sommes-nous traversés par cette puissance du dessous ?
Comment ça se traduit dans notre corps et dans notre relation au monde ?
C’est peut-être ce mouvement, vous la sentez cette oscillation ? Entre l’avant, l’arrière, le haut, le bas, le réussi ou raté, foutu, et le sublime… Nous sommes faits de tout ça, nous nous nourrissons de tout cela depuis le plus jeune âge, nous sommes multiples, nous bâtissons notre vie par accumulation, par strates, affinant notre regard, par ces multiples expériences… cherchant sans arrêt le point d’équilibre. L’ambivalence demeure, rien n’est gravé dans le marbre, ni tout noir ni tout blanc. Tout bouge, sans cesse, avec et malgré nous.
Et si on jouait les équilibristes, et si on s’aventurait sur la frange, le bord. Si on jouait avec le point de bascule. Si on mettait un pied, allez, un petit doigt dans la frange obscure, pour voir s’il y fait si noir, si à l’intérieur il n’y aurait pas un soupçon qui brille tout autant qu’un objet de pacotille… Vous me suivez ?

J’ai envie de métamorphoser de vulgaires cailloux en pierres précieuses.

Allez, descendons ensemble, à pas lents, dans les souffles brûlants des profondeurs, dans les entrailles de la terre… Rapprochons-nous du cœur des choses. Du point le plus chaud, pour mieux se propulser en avant.
Vous me suivez toujours ?

Fanny Bouffort
12 octobre 2021

DISTRIBUTION EN COURS
Mise en scène : Fanny Bouffort - Texte : Sandrine Roche - Collaborations artistiques : Nina Gohier, Alice Mercier et Gildwen Peronno - Technique : Soazic Bruneau

PRODUCTION
Lillico, scène conventionnée en préfiguration Art, Enfance et Jeunesse à Rennes.

CO-PRODUCTION EN COURS
La Paillette Théâtre à Rennes - Théâtre à la Coque, Centre National de la Marionnette (en préparation) – Hennebont, Ville de Clermont-Ferrand...

SOUTIENS EN COURS
Rennes Métropole dans le cadre du dispositif de soutien aux projets de résidence mutualisée - Association Au bout du Plongeoir à Thorigné-Fouillard - Studio Théâtre à Vitry-sur-Seine - Fabrique du Viala - Théâtre du Cercle à Rennes...

Résidences d’expérimentations en 2022

27 et 28 janvier
Théâtre du Cercle à RENNES

Du 2 au 7 mai
Manoir de Tizé à THORIGNÉ FOUILLARD

Du 15 au 17 juin
Studio-Théâtre à VITRY-SUR-SEINE

Du 4 au 8 juillet
Théâtre à la Coque à HENNEBONT

Du 26 au 30 septembre
Du 24 au 28 octobre
La Paillette Théâtre à RENNES


Documents à télécharger




[()]